L’ELDORADO SOUS PLASTIQUE

REPORTAGE

 

Ce reportage a été réalisé en novembre 2007 et mai 2008 à l’ouest d’Almeria (Espagne), dans la plus vaste zone de cultures sous serres au monde. Depuis les années 70, la péninsule du Poniente est devenue l’Eldorado mondial de l’agriculture hydroponique sous plastique. 40.000 hectares de serres à perte de vue. Sur place, 200.000 entreprises produisent 30 % du PIB de la province. 3 millions de tonnes de fruits et légumes par an pour un chiffre d’affaires annuel de 1.3 milliards d’euros. Des produits emballés et expédiés en 24 heures et livrés dans les 48 heures au consommateur final, dans toute l’Europe. Un modèle d’agriculture lucratif grâce à une économie souterraine devenue sujet tabou dans la région : plus de 80.000 travailleurs clandestins. La moitié, en provenance d’Afrique principalement, mettent 3 ans à régulariser leur situation, travaillent au noir pour un salaire de 33 € par jour et subissent parfois les exactions de la police. Depuis les émeutes xénophobes de février 2000, sur le plan social rien n’a changé ou presque. Côté environnement, le Conseil d’Agriculture d’Andalousie a démarré en 2008 un programme de développement durable baptisé, « l’Engagement Vert ». Une première pour l’agriculture sous plastique encore jamais subventionné par l’état. Sur le terrain tout reste à faire : contamination des sols, épuisement des nappes phréatiques, enfouissements des déchets… Sans compter la fièvre immobilière qui s’est emparée du littoral. Des luxueuses stations balnéaires aux fermettes en ruines réservés aux sans-papiers, cet immense labyrinthe de serres est le théâtre de tous les extrêmes. On parle d’un « paradoxe moderne » : 80.000 clandestins tentent de s’intégrer à une société qui sans eux n’aurait jamais connu un tel essor.